Ne pas faire tester son chien à la leishmaniose, c’est le mettre en danger / Appel aux adoptants retardataires d’LSF

Lorsque vous adoptez un galgo ou un podenco chez LSF, vous signez un contrat où il est précisé que vous vous engagez à faire faire un test de contrôle de la leishmaniose par prise de sang 6 mois après l’adoption et même si le test effectué en Espagne est négatif.

Il faut savoir que la leishmaniose est une maladie mortelle si elle n’est pas décelée très tôt.

Bon nombre d’adoptants sérieux et conscients que cette maladie n’est pas à prendre à la légère respectent à la lettre les termes du contrat et je les en remercie.

Par contre, d’autres jouent avec le feu et nous sommes constamment obligés de relancer les retardataires, parfois sans succès !!

Certains chiens adoptés en 2018 / 2019 et 2020 n’ont jamais été re-testés.

Et pourtant, je vois régulièrement des photos d’eux publiées sur la communauté des adoptants avec des messages d’amour, sauf que visiblement, ils n’ont pas compris qu’aimer son chien c’est le tester à la leishmaniose et que ce n’est pas l’aimer que de lui faire prendre autant de risques.

Chiens non testés à la leishmaniose ATTENTION DANGER et croyez-moi, ça n’arrive pas qu’aux autres, un bon nombre de chiens se positivent parfois plusieurs années après leur arrivée en France, beaucoup d’adoptants peuvent en témoigner.

Merci aux retardataires d’en prendre note et je vous le répète : comprenez bien que si la leishmaniose n’est pas décelée très tôt, elle sera mortelle et que vous n’aurez plus que vos yeux pour pleurer celui que vous n’aurez pas volontairement protégé.

Les délégués de Lévriers sans Frontières viennent de relancer tous les retardataires.

La leishmaniose est une maladie liée à la présence, au sein de l’organisme d’un animal, de petits parasites : les leishmanies. Ces derniers sont  transmis à un animal par la piqûre d’un insecte diptère  très proche du moustique.

La maladie est  fréquente chez le chien alors que le chat semble très peu réceptif.

La leishmaniose est présente sur tout le pourtour du bassin méditerranéen (en Europe: Espagne, France, Grèce, Italie, Portugal…)

En France, elle se rencontre principalement dans les régions: Provence-Alpes-Côte-D’azur, Corse, Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées.

Elle s’étend vers le sud-ouest et remonte jusqu’au sud de la région Rhône-Alpes.

La transmission de la maladie est, le plus souvent, liée à la piqûre d’un diptère appelé phlébotome: une femelle phlébotome pique un chien porteur de leishmanies et absorbe des parasites dans son repas de sang.

Ces derniers se multiplient dans le tube digestif de l’insecte qui, lors d’une nouvelle piqûre, va contaminer un autre animal par sa salive.

Le phlébotome est particulièrement présent de mai à octobre et son activité est maximale au crépuscule.

La maladie peut également être transmise d’une femelle gestante à ses petits ou encore lors de transfusion sanguine.

Chez un certain nombre de chiens, le développement du parasite est limité et ne se traduit par aucun signe clinique.

Chez les individus sensibles, les leishmanies vont progressivement contaminer les cellules de la moelle, du foie, de la rate, des ganglions, de la muqueuse digestive ou encore de la peau de l’animal atteint entraînant divers symptômes .

Dans les formes classiques, les animaux présentent:

– Un abattement et une fatigue marqués, d’abord après l’effort, puis en permanence

– Un amaigrissement progressif et une importante fonte musculaire (jeune animal ayant un aspect de vieux chien)

– de l’anémie puis des troubles de la coagulation

– Divers troubles cutanés avec de possibles ulcérations sur les ailes du nez et les oreilles, des pertes de poils (dépilation du bord libre des oreilles ou du pourtour des yeux), épaississement important des coussinets, allongement des griffes…

– Des troubles oculaires

– Des troubles urinaires, le parasite pouvant générer des anomalies rénales à l’origine d’une grave insuffisance rénale.

– Une réaction généralisée avec augmentation de taille de la rate de l’animal et de l’ensemble des ganglions.

Le tableau clinique est très polymorphe et certains chiens pourront ne présenter qu’un seul de ces symptômes, voire une simple fatigue, voire fréquemment aucun symptôme.

 Par ailleurs, des formes atypiques de leishmaniose sont décrites:

– Des formes digestives,

– Des formes nerveuses (crises épileptiformes)

– Des atteintes ostéo-articulaires,

– Des formes généralisées foudroyantes, notamment chez le chiot

– Une atteinte cutanée avec apparition sur l’animal de nodules ou de pustules

 Enfin, des chiens d’abord “résistants” à la maladie vont pouvoir exprimer divers symptômes de la leishmaniose suite à une diminution de leurs défenses immunitaires: notamment lors d’une autre maladie concomitante ou d’une fatigue générale .

DIGNOSTIC de la maladie et PRONOSTIC

La leishmaniose devra être suspectée chez un animal présentant un ou plusieurs des symptômes décrits précédemment et vivant ou ayant séjourné en région méditerranéenne.

L’INCUBATION DE LA MALADIE POUVANT ÊTRE TRÈS LONGUE (PLUSIEURS MOIS, VOIRE PLUSIEURS ANNÉES), IL CONVIENT D’Y PENSER MÊME POUR DES CHIENS NE VIVANT PLUS DANS LES RÉGIONS CONCERNÉES DEPUIS LONGTEMPS.

C’est une prise de sang effectuée par votre vétérinaire qui permettra de diagnostiquer la maladie . (analyse PCR)

Parfois la mise en évidence de la maladie nécessitera d’autres types d’examens tels que calques ou biopsies cutanés, ponctions ou biopsies des ganglions réactionnels ou de la rate, ponction de moelle osseuse, ponction de liquide synovial…

Le pronostic dépend beaucoup du stade auquel la maladie est décelée.

Il sera extrêmement réservé chez les chiens pour lesquels la leishmaniose est diagnostiquée lorsque la fonction rénale est déjà altérée ou lorsqu’une grave anémie est présente.

NE PAS FAIRE TESTER SON CHIEN,C’EST LE METTRE EN DANGER !

Pour les animaux sensibles au parasite, la maladie pourrait évoluer, en l’absence de traitement spécifique, vers une insuffisance rénale.

Selon le taux décelé, des traitements seront nécessaires et devront être mis en place par votre vétérinaire en concertation avec notre association.

Une surveillance clinique régulière de l’animal leishmanien doit être réalisée (surveillance de la fonction rénale, de l’absence d’anémie, de l’évolution des symptômes après mise en place du traitement…) et des analyses sanguines successives permettront de vérifier l’évolution de la maladie.

QUAND LA MALADIE EST DÉTECTÉE RAPIDEMENT, LE COÛT DU TRAITEMENT À L’ALLOPURINOL EST D’ENVIRON 5€ PAR MOIS .

Ne pas faire tester son chien à la leishmaniose, c’est le mettre en danger / Appel aux retardataires !

14 réflexions sur “Ne pas faire tester son chien à la leishmaniose, c’est le mettre en danger / Appel aux adoptants retardataires d’LSF

  • 16 septembre 2021 à 20 h 14 min
    Permalien

    Bonjour à tous,
    Le message est clair et ne pas faire tester son chien c’est jouer à l’imbécile, c’est tout. Il faut toujours prendre les gens par la main et quand on adopte un animal qui en a bavé ou pas , les incompétents, ignares ou faisant style, égocentriques et j’en pense doivent rester entre eux et chez eux et ne pas mettre en danger des animaux qui ne demandent rien. Le genre « on ne savait pas « ou « je sais tout » et en fait rien, y’en a marre. Ras le bol de porter ces imbéciles à bout de bras qui feront d’énormes dégâts et c’est condamner l’animal direct, il faut le dire franchement. Pas de vaccin, assassin. Pas un rond pour les tests ou vaccin et bien on prend pas d’animal, la loi n’oblige personne. Après tant d’années, pour certains ça ne bouge pas ! soit on prend les gens pour des cons soit on est débile. Désolée mais c’est trop grave. Marre à la fin.

    Répondre
  • 15 septembre 2021 à 15 h 46 min
    Permalien

    Bonjour. Quand j’ai adopté Gita, elle était négative. 6 mois plus tard, négative. Encore 6 mois passent et donc rappel de vaccin: on en profite pour refaire un controle. Et là le verdict tombe: positive sans aucun symptome. Comme la maladie a été détectée très tot, elle n’a pas eu de traitement lourd. Elle est sous allopurinol depuis et elle est stable.

    Répondre
    • 15 septembre 2021 à 16 h 27 min
      Permalien

      Comme quoi ….

      Répondre
  • 15 septembre 2021 à 15 h 16 min
    Permalien

    notre Loli est arrivée négative et 6 mois après lors du contrôle elle s’est avérée être positive très élevé. Depuis c’est allopurinol 300mg (6,63 euros/mois).
    Contrôle tous les 2 mois pour électrophorèse des protéines et test PCR pour un montant de 65 euros.

    pour plus de sécurité nous faisons faire un test PCR à Bowie et Téla tous les 6 mois. Ils sont toujours négatifs.
    Dans 6mois nous ferons les tests pour Loli, Bowie, Téla et notre petite dernière Agora (négative à son arrivée en septembre).

    Et oui ce petit monde nous coûte mais quand nous les adoptons nous savons ce qui nous attend!!!!
    Alors à vous adoptants faites ce qu’il faut pour vos loulous d’amour

    Répondre
  • 15 septembre 2021 à 14 h 11 min
    Permalien

    Bonjour
    Je confirme bien pour Fefito testé positif un an après son arrivée alors qu’au départ d’Espagne il était négatif.
    J’ai fait refaire le test un an après selon les préconisations d’Odile et là il était positif
    il est sous traitement et nous ferons le test avant la fin de l’année.

    cette maladie est tellement sournoise
    mettons les chances du côté de nos protégés

    Répondre
  • 15 septembre 2021 à 11 h 36 min
    Permalien

    Bravo et merci pour votre commentaire. Il est bon de rappeler que l’on adopte pas un chien pour se donner bonne conscience ou satisfaire son égo.

    Répondre
  • 15 septembre 2021 à 10 h 43 min
    Permalien

    Bonjour,
    J’ai adopté Fleur en septembre 2013, je l’ai fait testée et elle s’est révélée négative. Elle a maintenant 9 ans et demi, dois-je la faire retester ?
    Merci pour votre réponse.

    Répondre
    • 15 septembre 2021 à 12 h 20 min
      Permalien

      Oui à l’occasion d’un vaccin , vous pouvez refaire un test , on voit des chiens se positiver 56 des années après leur arrivée en France

      Répondre
      • 16 septembre 2021 à 20 h 11 min
        Permalien

        Merci beaucoup pour votre réponse, je la ferai tester lors du prochain vaccin.

        Répondre
  • 15 septembre 2021 à 9 h 30 min
    Permalien

    oui cette maladie fait beaucoup de dégâts j’ai 4 loulous ma petite dernière arrivée le 12/12/2020 à été testée 6 mois après . j’ai refait aussi le test pour les 3 autres nous sommes responsables aimer ne s’arrête pas à les choyer à les nourrir à leur donner de l’amour à leur donner un toit ils faut penser à leurs biens être . Le chien de ma fille a la leishmaniose quand il est arrivé au refuge d’Ecija il était très malade fièvre maigreur apathie il a du être transférer à la FBM le traitement a bien marché il a eu de la chance son corps était abîmé avec cette maladie aujourd’hui c’est un chien magnifique il pèse 28 kgs son poil est très beau . Alors faite ce test même si votre chien ne présente rien cette maladie attaque de l’intérieur nos loulous ne méritent pas ça

    Répondre
  • 15 septembre 2021 à 8 h 21 min
    Permalien

    Bonjour
    Janus a déclaré la leishmaniose 18 mois après son adoption
    D’un coup
    À l’époque je ne savais rien et personne ne m’a prévenue
    Aujourd’hui mon Janus de douteux est devenu NÉGATIF
    Il a pourtant failli en mourir
    Je confirme absolument de tester son chien régulièrement et de le protéger en ne le laissant pas dehors au crépuscule,et que le bénéfice du scalibor est supérieur aux inconvénients,que mes autres Loulous ne l’ont pas contracté habitant une zone rouge
    Aimer son ses chiens c’est anticiper les dangers
    La négligence est une maltraitance avérée ne pas tester son chien c’est ne pas l’aimer véritablement
    Mais les gens sont tellement superficiels ils ne pensent qu’à leurs petites satisfactions personnelles
    Malheureusement les imbéciles sont majoritairement majoritaires
    Pour la plupart adopter un lévrier espagnol n’est qu’un faire valoir,une bonne occasion de se faire passer pour ce que l’on n’est pas, généreux et humble,car il n’y a pas de générosité sans modestie
    Courage Odile votre travail est remarquable et grace à votre caractère bien trempé, vous résistez invariablement et vaillamment
    Merci de rabâcher aux inconscients leurs devoirs de protections…

    Répondre
    • 15 septembre 2021 à 12 h 40 min
      Permalien

      Bonjour,
      Ébène est traité depuis plusieurs années à l’allopurinol (2 comprimés de 300 mg/jour) et lorsque je suis allée pour le vaccin, il me disait que le dosage était important car pas de signe clinique et qu’il fallait vérifier l’état de son foie. Je vais suivre son conseil et faire cette prise de sang mais si pas de souci au niveau du foie, faut-il vraiment réduire le dosage ?
      Merci d’avance pour vos conseils

      Répondre
      • 15 septembre 2021 à 16 h 28 min
        Permalien

        Tout dépendra du taux de positivité , il faut vraiment que vous refassiez un test avant de décider d’arrêter le traitement

        Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *