Mon pays c'est là-bas…

Ils ont quelque chose que les autres n’ont pas les Galgos.

Ils ont une grâce et une beauté intérieure qui vous fait chavirer le cœur.

Je m’en souviens comme si c’était hier et pourtant il faut revenir plus de 10 ans en arrière.

Je n’en avais jamais vu 

Elle, ce fût la première et je ressens encore aujourd’hui cette grande douleur qui a fait chavirer ma vie toute entière.

Deva.

Quand elle m’a quittée, j’ai cru mourir de chagrin et encore aujourd’hui, je pleure cet amour perdu.

A l’instant même où j’ai croisé son regard pour la première fois, j’ai su que rien ne serait jamais plus pareil et qu’elle ne me suffirait pas.

J’ai su que mon destin serait lié à jamais au sien et à celui de ses frères de misère, que  j’ allais prendre un autre chemin.

Quelque chose en moi avait changé, je ne l’explique pas.

Tout le reste n’avait plus d’importance, je ressentais une immense souffrance intérieure, leur souffrance.

À ce moment précis, j’ai compris que ma vie serait à jamais dédiée au martyr des galgos en Espagne.

Ce fût comme un appel qui venait de là-bas, une petite voix en moi qui n’a jamais cessé de me murmurer «viens»

Alors  j’ai foncé tête baissée et je sais aujourd’hui que seule la mort pourra m’arracher à leur tragique destin.

J’ai peur parfois de ne plus être là pour eux, de vieillir et de ne plus avoir toute cette vitalité, toute cette énergie à déployer pour tenter d’apporter ma pierre à cet immense édifice de souffrance.

Je pense à eux jour et nuit, c’est plus fort que moi, j’entends leurs cris de désespérance.

Il y en a tant qui se meurent dans le silence de leur geôle, tant qui n’auront jamais la chance de voir un jour la lumière au bout du grand tunnel, si ce n’est lorsque la mort viendra enfin les délivrer de leur long calvaire, elle sera  leur seul salut.

Aujourd’hui je sais que mon second pays c’est l’Espagne et que je finirai ma vie là-bas, près d’eux.

C’est une évidence et un cri d’amour pour les Galgos.

A toi Cléa

A tous ceux que je n’ai pas pu sauver

A tous ceux que j’ai aimé éperdument et que j’ai perdu

A tous ceux que j’ai condamné parce que je suis suis trompée

Pardon


 

20 réflexions sur “Mon pays c'est là-bas…

  • 14 décembre 2018 à 12 h 12 min
    Permalien

    bonjour Odile tu n’as pas à leur dire pardon car ils savent que tu te bats pour eux . Tu as mis aussi en place une section de craintifs pour qu’ils puissent avoir plus de chance d’être adoptés . LSF est une association qui fait tellement de belles choses . Ceux que tu as perdu on eu une vie heureuse et entourés d’amour . C’est AMOUR inconditionnel que tu as pour les galgos . Oui tes nuits sont peuplés de galgos . Lequel choisir regarde Patou t’as choisi et en plus il est adopté. Qui aurait cru que moi j’en aurais 3 bon on va dire 2 car il arrive d’ici 10 jours .Natacha son mari ne voulait pas et elle adopté brigi et un autre après Même si je ne suis pas déléguée je m’investie pour LSF vente de calendriers récolte de croquettes ainsi que médicaments et bien d’autre chose . Ce que tu fais est colossale et tout ceux que tu sauves est une victoire pour toi . Ne t’en veux pas et enlève ces idées noires il y a bientôt un arrivage le 5 Janvier et en plus je viens te voir car j’ai besoin de me resourcer parmi tout les gens que j’aime et pour voir tout ces loulous. Bon courage. bisous

  • 14 décembre 2018 à 11 h 51 min
    Permalien

    Lima et Eva se joignent à nous pour vous souhaiter une bonne fête

  • 14 décembre 2018 à 11 h 46 min
    Permalien

    Comment ne pas me reconnaître un peu dans ton discours Odile ?
    Mon Lilo avait envahi mon cœur de toute sa douceur, sa tendresse, sa délicatesse… C’est grâce à lui si moi aussi, à une autre échelle, je suis tombée dans la marmite des Galgos.
    Quatre galgos à la maison, que des garçons, dont un de 14 ans, un boiteux, un noir et un vrai craintif… C’est peut être un peu la cour des miracles vu comme ça mais on les aime tant ! Au point de ne plus partir en vacances, au point de changer de voiture pour prendre un break afin qu’ils soient confortablement installés, au point de ne plus avoir envie de quitter la maison au delà de deux heures car ils nous manquent…
    Alors oui ton article d’aujourd’hui me va droit au cœur même si les autres me touchent chaque jour et que je les attends, comme nous sommes nombreux à le faire…

  • 14 décembre 2018 à 11 h 17 min
    Permalien

    Oui Odile c’est émouvant ce que vous dites tellement profond, merci d’être là pour eux …
    le fait que vous ne soyez plus en France ou ailleurs… m’angoisse au plus au point…puisses votre dévouement et énergie se perpétuent …
    Bonne fête Odile en ce jour,

  • 14 décembre 2018 à 10 h 56 min
    Permalien

    Poignant ! Juste MERCI ODILE….Bisous et léchouilles des AMOUREUX réunis pour la vie !

  • 14 décembre 2018 à 10 h 55 min
    Permalien

    Après la lecture de votre texte, on se rend compte qu’effectivement, c’est vrai on tombe amoureux de ces chiens, de part leurs caractères, leurs passés, leurs beautés et on pense beaucoup à leurs congénères, eux restés las-bas malheureusement et à ce qu’ils vont endurer encore et encore par ceux que l’on appelle des « humains » . Faute de place, ici chez nous, manque d’argent, d’accueil, d’adoptant…
    On aimerait pouvoir contrôler le monde et tous les sauver mais malheureusement cela est impossible, vous faite déjà beaucoup, la FBM fait aussi beaucoup, vous pouvez en être fière.
    Je lis tous les jours vos articles avec la larme au coin de l’œil, peut être ai-je été touché par la même maladie que vous …
    KAIROS LOVE

  • 14 décembre 2018 à 10 h 00 min
    Permalien

    Odile, à l’impossible nul n’est tenu, ce n’est pas facile à accepter je sais… Merci pour eux. J’ai une pensée pour Cléa.

  • 14 décembre 2018 à 9 h 39 min
    Permalien

    magnifiques pensées, magnifiques textes, merci pour d’améliorer notre monde, merci pour tout ce temps pour nos amis les 4 pattes ! Bonne journée !

  • 14 décembre 2018 à 9 h 05 min
    Permalien

    Oui c’est très profond ce texte et tellement VRAI !

  • 14 décembre 2018 à 8 h 34 min
    Permalien

    Un petit sourire après ce texte troublant…….
    Les trois mousquetaires se joignent à nous pour te souhaiter une bonne fete (j’oubliai Coco, le chat);
    je pense que tu es une Sainte des galgos…….
    Bises

Commentaires fermés.