Retour le cœur lourd…

Je voudrais revenir l’esprit libre et chasser toutes mes mauvaises pensées, chasser tous ces regards de désespoir qui tournicotent dans ma tête jusqu’à ce que je la perde, jusqu’à ne plus savoir pourquoi je suis là et à quoi ça sert tout ça…

La dernière fois, ce n’était pas comme ça, je suis revenue avec encore plus d’espoir et pleine d’optimisme.

C’était fin novembre, le printemps et l’été avaient été propices aux adoptions et le refuge s’était vidé peu à peu de ses rescapés. Il y avait de la place, nous étions en pleine saison de chasse, les galgos y entraient et nous avions cette impression d’être utiles à quelque chose.

Cette fois, je reviens le cœur brisé et plein de désespoir. Le refuge de la FBM est saturé, du jamais vu, plus de 700 chiens entassés, l’atmosphère y est électrique et les bagarres quotidiennes.

A l’infirmerie c’est pareil, c’est un puits sans fond, c’est bondé, rien que d’y repenser les bras m’en tombent, je ne sais pas comment fait le personnel et les bénévoles pour tenir le coup et vivre ça tous les jours sans devenir fous.

Le pire, c’est de revoir ceux que nous avons réservés au mois de novembre, tous ces museaux tendus entre les barreaux, pour obtenir une marque d’attention, je les ai tous reconnus : Piluki, Andrès, Iris, Ribot, Nausika … Ça fait mal parce que j’aurais tellement voulu ne pas les revoir ici.

Le pire du pire, c’est que les chiens ne sortent pas, du jamais vu en cette saison, toutes les associations constatent une baisse des demandes d’adoption et reportent ou annulent les dates des transports. C’est une catastrophe parce que plus aucun chien ne peut entrer à la FBM.

Au refuge d’Ecija c’est le même problème, il n’y a jamais eu autant de galgos parce que, pour sauver quelques vies et faute de places à la FBM, j’y ai fait transférer ceux qui étaient en danger de mort.

Voilà la triste réalité du terrain…

Mon retour imaginaire…

J’aurais voulu trouver ma boite mail saturée de bonnes demandes d’adoption pour ceux qui sont présentés dans notre rubrique « transport du 30 avril » mais ce n’est malheureusement pas le cas…

https://www.levriers-sans-frontieres.com/category/transport-du-30-avril-fbm-petits-refuges/

Et ni pour ceux qui sont en accueil en France ..

https://www.levriers-sans-frontieres.com/category/chiens-en-accueil-en-france/

Contact LSF : 0660153750 (pas de SMS). Attention, l’adoption doit être un acte réfléchi / Demandes compulsives ou inadaptées au descriptif du chien présenté, merci de vous abstenir.

https://www.levriers-sans-frontieres.com/

14 réflexions sur “Retour le cœur lourd…

  • 8 avril 2022 à 20 h 29 min
    Permalien

    Merci Odile pour toutes les pierres que vous placez chaque jour à l’édifice de la bonté et de la ténacité, à cet édifice que vous consolidez chaque jour qui passe, par votre engagement et qui contribue à nous rendre heureux avec nos chiens.
    Toutes ces vies que vous sauvez, c’est merveilleux ! tous ces animaux que vous rendez heureux chez nous, c’est que du bonheur, pour eux comme pour nous !
    Je pense chaque jour à toutes ces pauvres petites misères d’Espagne et lorsque ma situation évoluera favorablement , et c’est prévu dans les mois qui viennent, j’ai bien dans l’idée de revivre encore la belle expérience de l’adoption d’un amour de galgo.
    En attendant, bon courage et merci pour tous ces loulous que vous sauvez !

  • 5 avril 2022 à 11 h 58 min
    Permalien

    Bonjour, j’ai deux galgos LSF un qui est arrivé à la maison à 5mois1/2 Aka/Grisu que l’on pourrait aussi surnommer « tête brûléé têtue comme une mule absolument adorable qui trouve que 7000m2 de jardin ce n’est pas assez grand ! » et Krishna/ ,??? un tout noir arrivé à 5ans1/2 que l’on pourrait surnommer « Canapé trop génial, la retraite c’est topissime, moins je me promène mieux je me porte ! »
    Peut-être un compromis à trouver au niveau des adoptions, et aussi il vaut mieux moins d’adoptions mais des adoptions sûre. Nos chiens sont heureux grâce à toi et beaucoup d’autres aussi, si je venais avec toi en Espagne, je serai certainement dans le même désespoir, alors regarde les photos des adoptés. MERCI MERCI à cette chaîne humaine qui contribue à un monde meilleur.

Commentaires fermés.