Les blablas d’un bénévole Espagnol…A tous les adoptants…

Essayez de visualiser….

SA VIE D’AVANT

Touché par leur histoire, vous décidez d’adopter un galgo ou un podenco, parfois sur un coup de tête, sans vraiment mesurer l’importance de votre engagement vis-à-vis du chien bien évidemment, mais aussi des protecteurs Espagnols qui les sauvent d’une mort certaine .Pour une première adoption, nous vous proposerons un galgo sociable qui n’a pas de traumatismes récurrents, nous supposons donc que ce Galgo aura eu une vie ′′décente′′ avec son chasseur.

Mais cela signifie tout de même qu’il aura vécu dans un gourbi infâme, souvent très sombre, duquel il ne sortira que très rarement en dehors de la saison de chasse, qu’il dormira à même le sol et ne mangera jamais à sa faim, que les premières années de sa vie n’auront été que stress et anxiété, toujours à la merci des colères du galguero auquel il appartenait.

LE REFUGE

Un jour, ce galgo sera jeté dans la rue ou abandonné dans un refuge parce qu’il aura fait son temps et que le chasseur considérera qu’il ne sera plus suffisamment performant pour la saison de chasse suivante. Arrivé dans ce refuge, il sera soigné, pucé, vacciné, stérilisé dans l’attente d’en d’être pris en charge par une association pour en sortir. Certains y resteront longtemps, bien trop longtemps…

Imaginez-vous, un refuge comme celui de la Fondation Benjamin Mehnert  où il y a entre 400 et  600 chiens suivant les saisons. Ça impressionne !! Tous ceux qui sont allés sur place n’en reviennent pas indemne. La vie y est très difficile pour les chiens même si elle l’est bien moins qu’avant.

LE VOYAGE

Un matin, très tôt, on viendra chercher le galgo pour le monter dans un camion très sombre avec 30 autres de ses congénères, le voyage sera long : 24 heures. Que se passe-t-il dans la tête de ce galgo ? Lui ne sait pas qu’il est sur le chemin de sa nouvelle vie, lui ne sait pas que vous l’attendez.

L’ARRIVÉE

La famille l’attend. Tout le monde est heureux. Des larmes, des sourires, mais voilà, lui ne sait pas, il est fatigué et trop perturbé pour montrer sa vraie nature. Il est complètement chamboulé par le long voyage. Souvent, les réactions sont très différentes : il n’a pas du tout peur, il est très calme ou bien, c’est tout le contraire, chaque individu réagira différemment et ce sera à vous de vous adapter . Vous devrez accepter que ce chien tant désiré ne soit tout de suite comme vous l’aviez imaginé.

À LA MAISON

La porte de son nouveau palais s’ouvre, et il entre dans un nouveau monde ! Tout ce qu’il voit est nouveau. TOUT !!!

Canapé, lit, escalier, télévision, aspirateur… et pareil pour l’extérieur. C’est un choc pour lui qu’il doit encaisser.

VOUS

Alors ne lui demandez pas ce qu’il sera dans l’incapacité de vous donner.

Comment voulez-vous qu’il soit propre tout de suite, lui qui toute sa vie a fait ses besoins là où il dormait ?

Imaginez ce galgo qui a grandi sans connaître le monde extérieur et que vous projetez tout d’un coup dans votre monde à vous. Imaginez-vous à sa place !

POURQUOI CETTE HISTOIRE ?

Parce que les protecteurs Espagnols sont agacés et choqués par les commentaires et les plaintes de certains adoptants !!!

Il n’est pas propre, il est voleur, il a peur et blabla et blabla …

LA SOLUTION

Patience, temps, tolérance et compréhension !!!

Certains galgos vont s’acclimater en un mois et d’autres seulement après 1 an ou plus, tout dépendra de son passé.

Vous qui avez adopté un galgo, essayez de vous mettre à la place de celui que vous avez choisi et s’il vous plaît, soyez un peu plus patients et surtout plus tolérants.

L’adoption d’un galgo changera votre vie et vous devez en être conscient.

Si vous n’êtes pas prêts à sacrifier quelques mois de votre vie pour sauver celle d’un galgo et bien n’adoptez pas.

C’est aussi simple que ça…

25 réflexions sur “Les blablas d’un bénévole Espagnol…A tous les adoptants…

  • 22 février 2021 à 23 h 46 min
    Permalien

    Quand on adopte un animal on le prend tel qui il est avec ses peurs, ses joies, ses défaillances, ses failles, ses forces car lui aussi devra nous prendre tel qui on est avec nos sautes d humeur, nos joies, nos peines….alors il faut du temps pour que l on s habitue l un a l autre mais l amour fait des miracles …et le bonheur arrive doucement mais surement

    Répondre
  • 17 février 2021 à 18 h 40 min
    Permalien

    Très bien le message Odile j espere que certains adoptants vont en prendre conscience malheureusement certains humains n ont aucune patience. Mirta est arrivée en juin 2014 et berni en septembre 2015 .depuis nous sommes pas parti en vacances ça me dérange pas je les aimes tant ils me le rendent au centuple toutce qui me rend heureuse c’est leur bonheur. Mirta fêtes ses 11 ans ce mois ci et ils vont très bien je tire mon chapeau à tous les sauveurs espagnol ????????????

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *