Les blablas de la présidente d’LSF / Ma dernière bouteille à la mer pour eux…

Nos premiers pas à la FBM furent pour ceux qui sont présentés sur notre site dans le transport du 27 novembre. Nous les avons tous sortis pour les reprendre en photos et faire une nouvelle évaluation comportementale, tout ça pour tenter encore et encore de les faire adopter, ils restent notre priorité.

On prend les mêmes et on recommence..

Ceux à qui nous avions promis un ticket de sortie avant les fêtes de fin d’année resteront là-bas pour certains d’entre-deux.

Je pense à Horik,

Merlin,

Très,

Geisha,

Zendaya,

Kike,

tous ceux et toutes celles qui purgent tant de mois de refuge et tant d’années pour certains.

Triste réalité pour tous ces chiens qui n’ont rien de moins que les autres. De la joie mêlée à la tristesse en les revoyant mais eux étaient contents que quelqu’un s’intéresse à eux, comme si de rien n’était, il paraît que les chiens ne comptent pas le temps qui passe. Ils attendent patiemment, couchés à même le sol passant la majorité de leurs journées à dormir et parfois à aboyer quand c’en est trop et que la liberté manque éperdument.

Il faut les entendre hurler leur détresse pour comprendre à quel point ils ont besoin de sortir de cet endroit qui n’est ni plus ni moins qu’une prison avec les portes qui claquent, les heures de récré et le temps à tuer….

Quand on se rend régulièrement dans un refuge et qu’on voit toujours les mêmes chiens à la même place, on ressent leur détresse, elle vous percute en plein cœur, elle vous fait mal au bide et à l’âme, elle vous poursuit jusqu’à l’infini et même jusque dans vos nuits et on se demande comment ils font pour tenir le coup derrière les barreaux.

Vous, de derrière vos écrans, vous ne ressentez pas tout cela, vous en avez de la chance….

En tant que protecteur, on ne peut pas rester insensible à cette injustice qui condamne tant de chiens à purger de si longues peines.

C’est un dernier cri du cœur que je lance aujourd’hui. Nous avons encore une semaine pour boucler notre dernier transport de l’année, une semaine qui donnera peut-être une chance à ces laissés-pour-compte de fêter Noël sous le sapin à vos côtés.

Alors si votre cœur fait boum boum pour l’un d’entre-deux, n’hésitez pas à remplir notre formulaire en ligne.

https://www.levriers-sans-frontieres.com/demande-dadoption-2/

Je lance ma dernière bouteille à la mer pour eux. Ils sont tous présentés sur notre site dans le transport du 27 novembre

https://www.levriers-sans-frontieres.com/category/transport-du-27-novembre-fbm-petits-refuges/

Contact LSF : 0660153750 (pas de SMS). Attention, l’adoption doit être un acte réfléchi / Demandes compulsives ou inadaptées au descriptif du chien présenté, merci de vous abstenir.

https://www.levriers-sans-frontieres.com/

4 réflexions sur “Les blablas de la présidente d’LSF / Ma dernière bouteille à la mer pour eux…

  • 16 novembre 2021 à 23 h 42 min
    Permalien

    J’ai adopté deux de ces merveilles, le petit dernier à LSF
    En duo, car ce sont des chiens de meute et un congénère est la cerise sur le gateau quand le lien avec l’,humain s’est créé.
    j’aimerais moi aussi les accueillir tous mais nous sommes les petits colibris qui prenons un peu d’eau dans notre bec pour éteindre l’incendie.
    Il faudrait plus de petits colibris.
    n’ayant pas le syndrome de Noe, encore en activité, mes deux merveilles ont trouvé leur total équilibre, car s’entendant à merveille, et j’ai deux mains pour les balades en longe.
    alors faire connaître davantage cette catégorie de chien venue d’un autre temps, des primitifs qui ont survécu par leur seule grâce.
    avant d’adopter mes podencos, dont je ne connaissais pas l’existence trois ans auparavant, je m’étais rendue dans des refuges de ma région : sidérée par le nombre de terriers staff ou pit bull, actuellement 80 % dans le refuge de mon secteur. Les refuges me disaient, ce sont des croisés, vous n’aurez pas besoin d’avoir la permission de détention chiens de catégorie.
    Néanmoins
    Pauvres victimes d’une mode imbécile, je ne vous adopterai pas.
    et j’ai croisé par le hasard d’un clic, le regard d’un de ces magnifiques lévriers espagnols, qui ne m’a plus quitté.
    J’ai adopté en premier ma petite Siete rebaptisée Golfa, une grande trauma, morsures panique, ce ne sont que des morsures panique, quand la panique disparait, ce n’est plus que douceur, bonté et délicatesse.
    Et puis, j’ai adopté Géo, mon tout fou, comme dit le comportementaliste, l’inverse de Golfa, ouvrir Golfa et réfréner Géo, plein d’amour, de pulsions, d’envie de liberté,sans crainte, etc.
    L’essentiel, gagner leur pleine confiance et avoir envie ensemble de vivre des bons moments, avec des grands espaces, des éléments (mer, montagne) enthousiasmants.
    Avec ces êtres, toute expérience partagée est une bénédiction.
    Ce commentaire n’a pas grande utilité car lu par des personnes qui ont la même opinion que moi sur lle fait que croiser le regard et mieux, partager la vie des ces êtres frappés par la grâce, ne vous fera que vouloir le mieux + +pour leur bien être et leur survie.
    alors faire connaître juste leur existence à d’autres.
    Partie pour la première fois en vacances en Bretagne cet été avec Golfa (trauma), au détour des randonnées, les gens me demandaient qui était cette merveille, douceur, délicatesse étaient ce qui les frappaient, les petites filles venaient vers moi me demandant si elles pouvaient caresser ma belle qui n’a à aucun moment moment joué la trauma durant tout le séjour- j’étais sidérée, hôtel ok, ascenseur ok,etc…;
    Tous étaient frappés par sa grâce. Ce n’était pas physique, c,était la grâce.
    C’est une podenca.
    Les refuges en Espagne sont emplis de galgos et podencos, les refuges en France sont remplis de staffs et pit bulls.
    Inverser la tendance et faire entrer en nombre ces etres merveilleux dans les foyers de France aptes à les chérir.

  • 16 novembre 2021 à 13 h 07 min
    Permalien

    Oh que si Odile, derrière mon écran je sens le désarroi de tous ces loulous…le regard triste de Tres et celui de Zendaya, ces regards qui n’espèrent plus rien !!! çà me transperce le coeur crois moi ! Je croise les doigts pour ces loulous !

  • 16 novembre 2021 à 9 h 21 min
    Permalien

    Bonjour Odile, celles et ceux qui comme nous ont adopté ( et adopteront encore) avec raison savent ce que c’est 😔. On ne peut hélas pas tous les sortir de là 😔. C’est la raison, qui fait que nous n’adoptons pas à nouveau pour le moment et pourtant ce n’est pas l’envie qui nous manque ! Pour Leur bien nous préférons choyer et accompagner les cœurs sur pattes déjà à la maison. Nous en « sauverons » d’autres le moment venu…… Merci Odile et TOUS les intervenants LSF ici et là bas 💐

  • 16 novembre 2021 à 8 h 09 min
    Permalien

    oh si, je ressens la détresse des chiens derrière les barreaux ! je me rends 2 fois par semaine dans une pension qui accueille quelques chiens à adopter et je les promène. Quand je m’en vais, je sens leur regard éperdu dans mon dos et ça me rend malade… et je sais aussi ce que c’est de les voir revenir, rejetés par leurs adoptants parce qu’ils ne sont pas comme ci ou comme ça, ou trop ceci ou pas assez cela…….. il y en a un qui vient de revenir derrière les barreaux, pauvre Oby… il y a des jours où, comme vous, Odile, je désespère….. bon courage à vous. Astrid

Commentaires fermés.