Les blablas de la présidente d'LSF / ET PAFFF !!!

Il est bien loin le temps où je n’étais là que pour les chiens, moi je croyais naïvement que ce serait ça mon combat.

Sauver des galgos parce qu’un jour j’ai rencontré Deva ma première et que je suis tombée dans la marmite de leur enfer.

Alors, tel un petit soldat avec mes petits bras, j’ai tapé dans le tas et j’ai dû me battre envers et contre tous pour en arriver là, à l’époque  je ne savais que la PA c’était ça.

Je n’avais qu’un seul  but, apporter ma pierre à l’édifice et faire grandir Lévriers sans Frontières comme je l’avais promis à mon amie Martine, sa fondatrice.

Mais j’ai très vite compris que mon chemin serait semé d’embûches.

Malgré tout, je n’ai jamais rien lâché, les trahisons et les coups bas, les diffamations, les tentatives de mises à mort, j’ai toujours encaissé, tentant de garder la tête hors de l’eau même quand on m’appuyait dessus pour me noyer.

Toujours j’ai porté haut et fier les couleurs de Lévriers sans Frontières

Je crois pouvoir dire que j’aurais pu y laisser ma peau si je n’avais pas eu cette force de caractère. Beaucoup sombrent dans la dépression et arrêtent tout un jour pour se sauver eux-mêmes de ce nid à merde qu’est le milieu de la protection animale.

RIVALITÉ TRAHISON 

Moi je ne savais pas que la PA c’était ça, ho là là….


 

On n’est pas préparé pour affronter les tourments des individus quand on est propulsé à la tête d’une association en tant que PRÉSIDENT !!

On a aucune formation en psychologie humaine, pas de diplôme de management  alors on fait tant bien que mal et on se prend des grosses baffes, on se fait sur le tas, on se débrouille avec tout ça et comme on peut.

En fait on est une sorte de DRH et notre unique mission sera de gérer les conflits humains et de manager notre équipe.

Faire preuve d’attention, être à l’écoute de chacun…

Une sorte de mère de substitution, une maîtresse d’école aussi et qui devra être à la fois assistante sociale…

ça fait beaucoup tout ça…

En fait on ne gère rien du tout quand on est président, on a aucun pouvoir sauf celui de se taire, au risque de se voir claquer une démission, on est pieds et poings liés.

Et PAFFF !!!

Je sais que beaucoup de mes semblables se reconnaîtront…

Le président, on l’accule, on l’encule, on l’accuse, on le quitte, on le méprise, on le critique, on le blesse, on le coupe en petits morceaux, on veut sa peau, on lui fait mal, on lui arrache le cœur ,on lui fait payer très cher ses décisions et peu importe la façon, parce que quoi qu’il fasse, il ne prendra jamais la bonne.

Par contre personne ne veut jamais sa place, non surtout pas sa place.

Il est toujours seul le président et il n’a pas d’amis .

Et la cause qu’on est censé défendre là-dedans ? Quelle cause ? 


 
 

26 réflexions sur “Les blablas de la présidente d'LSF / ET PAFFF !!!

  • 2 octobre 2018 à 21 h 04 min
    Permalien

    Pour ma part je n’ai que de l’admiration….toute cette énergie, ce don de soi avec comme objectif de sauver ces pauvres misères, et depuis tant d’années
    Mais on le sait tous oui il y a l’humanité noire….celle qui sait montrer une autre image , faux culs, ne regardant que leur nombril, ne respectant rien, jalousie, et je pourrais continuer mon énumération……une partie de l’humanité est comme ca, malheureusement
    Dommage que tout le monde ne soit pas comme toi….un seul but …envers et contre tout….sauver le plus possible de tous ses pauvres loulous……
    Mais il faut continuer à y croire…parce qu’il y a des gens sincères aussi…qui ont une totale confiance en toi, et si LSF peut faire autant aujourd’hui c’est quand même bien grace à la façon dont l’asso est menée depuis 10 ans…et puis pour connaître des membres de ton équipe, tu as des gens fantastiques autour de toi

  • 2 octobre 2018 à 19 h 00 min
    Permalien

    Vous avez tout mon respect admiratif, bravo, continuez sereinement et sachez que la bave du crapaud n’atteint jamais la blanche colombe !

  • 2 octobre 2018 à 18 h 53 min
    Permalien

    et dire qu’en fait tous et toutes êtes là pour sauver les chiens…je ne comprend toujours pas ces coups bas, ces rivalités…le bipède ne serait-il plus vraiment humain (bienfaisant/secourable dixit Larousse…)?
    perso j’ai de plus en plus de doute…que ceux et celles qui mènent ce combat restent droits (es) dans leurs bottes et puissent continuer à se regarder dans 1 miroir!!! pour le reste…
    bon courage dame Odile

  • 2 octobre 2018 à 17 h 52 min
    Permalien

    Madame, votre ténacité, votre amour pour défendre tous ces petits martyrs vous honore. Il en faut du courage pour faire face à tous vos détracteurs, vous n’en manquez pas. Vous avez de belles personnes autour de vous ainsi qu’en Espagne. Sommes nombreux à vous soutenir, ne lâchez rien. Il n’y en a pas beaucoup qui seraient capable de tenir votre place, et vous admirons pour ça.

  • 2 octobre 2018 à 17 h 43 min
    Permalien

    courage Madame, beaucoup de gens seraient incapable de prendre votre place. Tenez bon mais sauvegardez vous, sans vous rien de tout cela ne serait possible. Nous sommes nombreux à porter votre combat, vous n’êtes pas seule, de trés belles personnes vous entourent autant ici qu’en Espagne.Laissez dire et faire ceux ceux qui ne comprennent rien. Ils sont négatifs et font du mal à notre combat

  • 2 octobre 2018 à 16 h 34 min
    Permalien

    tenez bon Odile je pense souvent à vous et votre famille vous avez une bonne santé mais prenez en soins cordialement C Thibaut

  • 2 octobre 2018 à 15 h 04 min
    Permalien

    Chapeau ,madame vous avez toute mon admiration

  • 2 octobre 2018 à 14 h 40 min
    Permalien

    Coucou très chère présidente çà y est me voilà arrivée au camping à Dos Hermanas, toute seule avec mes 3 précieux compagnons, demain direction le refuge et au boulot ! Sans toi et LSF je ne serai jamais venue ici. Merci d’être là pour nos galgos …

    • 2 octobre 2018 à 18 h 11 min
      Permalien

      bon séjour là bas Véro
      bon courage aussi !!!!
      et bonjour a Giséla …….

  • 2 octobre 2018 à 14 h 19 min
    Permalien

    Odile,
    Vous assumez avec un courage et une détermination qui forcent l’admiration. Les coups bas, durs à encaisser ? il y en aura toujours et il faudra encore serrer les dents…. Tous ceux qui vous suivent sont sûrs de votre entier dévouement à la cause des galgos, avec une totale abnégation.
    Merci à vous et à vos merveilleuses équipes pour toutes ces vies sauvées.
    Gardez courage ; du haut du Ciel, Martine vous soutient !
    Et puis vous savez bien : « la critique est aisée, mais le talent est rare »…..alors laissez dire.
    Cordialement.

  • 2 octobre 2018 à 13 h 25 min
    Permalien

    Cet apprentissage est difficile et douloureux mais une fois que la leçon est apprise, on ne se fait plus d’illusion. La nature humaine est ainsi faite… Le bonheur se trouve près de nos animaux. Il faut rester debout pour eux.

Commentaires fermés.